130e session des ministres des Affaires étrangères du Conseil de l’Europe : la Déclaration d’Athènes et l’Observatoire de l’histoire, les deux legs de la présidence grecque du Conseil de l’Europe (04.11.2020)

La 130e session du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe s’est tenue par téléconférence le mercredi 04.11.2020, avec la participation en personne des chefs des institutions du Conseil de l’Europe à Athènes.

Le Président du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, Miltiadis Varvitsiotis, a ouvert les débats par un discours, suivi par 44 ministres des affaires étrangères et représentants des Etats membres du Conseil de l’Europe par téléconférence. Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis s’est également adressé à la conférence, en personne.

Premier ministre Kyriakos Mitsotakis : L’Europe s’efforce de faire face à la pandémie sans éroder des libertés fondamentales

La session du Comité des Ministres a culminé avec la présence du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, qui a remercié M. Varvitsiotis et l’a félicité pour la réussite de la présidence grecque qui, en raison des restrictions imposées par la pandémie, s’est tenue sous forme numérique (présidence électronique) pour la première fois dans l’histoire de l’institution.

“Cette présidence électronique a peut-être été dictée par les circonstances, mais elle s’est déjà révélée être une expérience utile et un outil précieux pour les pays qui succéderont à la Grèce à la présidence du Conseil. Nous avons trouvé une nouvelle façon de coopérer. Et ceci, combiné à la Déclaration d’Athènes et à l’Observatoire pour l’enseignement de l’histoire en Europe, est une contribution positive et tangible aux travaux en cours du Conseil”, a souligné M. Mitsotakis.

En référence à la Déclaration d’Athènes, le Premier ministre a souligné qu’elle renforce le Traité de Rome. “A l’époque, l’objectif était de consolider la démocratie et l’Etat de droit. Aujourd’hui, il est nécessaire de relever de nouveaux défis mondiaux. Des défis qui, hélas, s’accélèrent et dont les conséquences sont imprévisibles. Cependant, je crois qu’aujourd’hui, 70 ans plus tard, nous sommes mieux préparés pour faire face aux défis du présent et de l’avenir”.

Discours d’ouverture du président du COE2020GR et ministre délégué aux affaires étrangères Miltiadis Varvitsiotis

“La Déclaration d’Athènes est notre réponse aux défis auxquels nous sommes confrontés depuis le début de la pandémie en termes de protection des droits de l’homme et de l’État de droit dans un état d’urgence”, a déclaré le ministre suppléant des affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, dans son discours d’ouverture.

“La présidence grecque a travaillé dur pour la préparation, l’élaboration et l’adoption d’un texte politique fort afin de renouveler son engagement envers les principes fondamentaux du Conseil de l’Europe”, a déclaré M. Varvitsiotis, notant la nécessité que les mesures imposées soient temporaires, proportionnelles et fondées sur le principe de nécessité, tout en étant soumises à un réexamen constant.

Varvitsiotis a déclaré qu’une importance particulière devrait être accordée aux groupes sociaux spéciaux, tels que les enfants, les femmes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants migrants non accompagnés et les Roms”.

Parmi les participants physiquement présents à la réunion figuraient la secrétaire générale du CdE, Marija Pejcinovic Buric, le président de la Cour européenne des droits de l’homme, Robert Spano, le président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), Rik Daems, et la commissaire européenne aux droits de l’homme, Dunja Mijatovic.

Le discours du président de l’APCE Rik Daems a été particulièrement émouvant, dans son éloge de la présidence grecque et de son leadership dans les moments difficiles, tout en saluant le trilogue qui a eu lieu entre l’Assemblée, le Secrétaire Général et le Comité des Ministres.

Le Président de l’APCE a salué la Déclaration d’Athènes comme une réponse politique à la situation très difficile concernant Covid-19, notant “les lignes rouges à ne pas franchir lorsqu’il s’agit de défendre la démocratie, les droits de l’homme et l’Etat de droit”. Il a ajouté que toutes les mesures doivent être constamment contrôlées par les parlements. “Nous voyons parfois des tentatives de certains de tirer profit de la situation. Mais si la vie sera différente une fois la crise passée, il est important que les valeurs et les libertés fondamentales que nous partageons restent les mêmes”.

En évoquant les réticences de certains États membres à l’égard de la déclaration d’Athènes, “peut-être en ce qui concerne sa référence aux conventions de Lanzarote et d’ Istanbul”, il a souligné que “la violence contre les femmes est inacceptable” et que “tout homme qui bat une femme est un lâche” .

Selon le Président de l’APCE, Covid-19 a mis en lumière une nouvelle génération de droits – le lien entre l’environnement et les droits de l’homme, l’intelligence artificielle et le droit de connaître la vérité, et l’Assemblée fournit à la Convention un réseau politique solide qui continuera à résister aux attaques injustes contre la Cour européenne des droits de l’homme et à faire des propositions constructives et innovantes, y compris des moyens de relever ces nouveaux défis.

Il a exprimé l’espoir que dans un avenir proche, “nous serons tous en mesure de travailler ensemble sur ces questions importantes, car le CdE est une organisation qui fixe des normes au niveau multilatéral, “nous n’imitons pas, mais nous sommes un modèle pour les autres”, a-t-il conclu.

Déclarations après la fin de la session

Après la conclusion de la session, le ministre délégué et la secrétaire générale du Conseil de l’Europe, Mme Marija Pejčinović Burić, ont fait des déclarations communes, au cours desquelles Mme Burić a félicité M. Varvitsiotis pour la bonne organisation de la présidence grecque.

Au cours de ses déclarations, M. Varvitsiotis a souligné que la présidence grecque a eu recours à de nouveaux modes de communication en réponse aux défis de notre temps. Comme il l’a noté, “c’est la première présidence électronique de l’histoire du Conseil de l’Europe, qui a organisé avec succès plus de 100 événements numériques à ce jour et qui a couvert environ 70 heures de matériel au total, ce qui a conduit à l’adoption de conclusions très importantes”.

En ce qui concerne la Déclaration d’Athènes, le ministre délégué a souligné que, bien que l’unanimité complète n’ait pas été atteinte en raison de l’approche bornée de certains États, en particulier en ce qui concerne les droits des femmes, l’importance de la Déclaration n’en est pas pour autant diminuée. “La Déclaration d’Athènes bénéficie du soutien de l’écrasante majorité des Etats membres du Conseil de l’Europe et concerne la manière dont les sociétés démocratiquement organisées doivent faire face à de telles pandémies : par des mesures proportionnées qui doivent être soumises à un contrôle continu et jouir d’une légitimité démocratique”, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne l’Observatoire pour l’enseignement de l’histoire en Europe, M. Varvitsiotis a parlé d’une organisation indépendante qui supervisera ou aidera les États membres qui souhaitent soulever des questions relatives à l’enseignement de l’histoire dans leurs écoles, et non pas modifier la nature de l’histoire. “Parce que”, selon ses termes, “la connaissance de l’histoire nous aide toujours à nous sentir plus confiants dans le passé et l’avenir et à identifier les éléments qui pourraient causer des tensions à l’avenir”.

Enfin, après avoir abordé les dilemmes auxquels sont confrontés un gouvernement démocratique moderne et des gouverneurs démocratiques modernes en cas de pandémie, comme l’a présenté précédemment Kyriakos Mitsotakis, M. Varvitsiotis a annoncé la célébration du 70e anniversaire de la signature de la Convention européenne des droits de l’homme, qui se tiendrait plus tard le même jour au Parlement hellénique, avec le Président de la République comme orateur principal.

Discours du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis

Discours du président du COE2020GR et ministre délégué aux affaires étrangères Miltiadis Varvitsiotis

Déclaration du Président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, Anders Knape

Déclarations conjointes de M. Varvitsiotis et M.P. Buric à la presse

Le discours du Président de la Cour européenne des droits de l’homme, Robert Spano

Texte Pdf

La déclaration d’Athènes

Texte Pdf

Twitter

Photo Gallery