Téléconférence de la Présidence de la Grèce du Conseil de l`Europe avec les institutions du Conseil de l`Europe (3.6.2020)

M. Varvitsiotis : Objectif de la Présidence de la Grèce du Conseil de l`Europe est l’ouverture d’une nouvelle page sur la protection des droits de l`homme

L’adoption de la Déclaration d`Athènes, qui constituera une nouvelle charte de principes et une nouvelle page sur la protection des droits de l`homme est l’objectif principal de la Présidence de la Grèce.

La stratégie de la Présidence de la Grèce a été présentée par le Ministre délégué aux Affaires européennes et chef du Comité des Ministres du Conseil de l`Europe M. Miltiadis Varvitsiotis, dans son discours introductif lors de la téléconférence de haut niveau qui s`est tenue pour la première fois avec les chefs de toutes les institutions, sur le fond du symbole éternel de la démocratie et de la civilisation mondiale, le rocher sacré de l`Acropole; ici, a-t-il dit, il y a 2400 ans, une autre pandémie, qui a constitué un exemple historique de la façon dont une crise sanitaire peut affecter la démocratie, a eu lieu. Il a ajouté que “les défis majeurs, tels que la crise sanitaire d`aujourd`hui, requièrent des réponses communes et le meilleur endroit pour une telle discussion est le Conseil de l`Europe”.

Le principal sujet traité fut le thème central de la Présidence, qui est la protection de la vie humaine et de la santé publique en cas d’une pandémie et la gestion efficace de la crise sanitaire, en plein respect des droits de l`homme et des principes de la démocratie et de l`Etat de droit.

“La crise sanitaire ne constituait pas seulement une menace pour la vie humaine, mais aussi une menace pour notre démocratie”, a souligné M. Varvitsiotis. Il a aussi poursuivi en disant que les mesures strictes qui ont été prises et qui ont eu comme résultat la restriction des certaines libertés et droits fondamentaux devraient être temporaires, proportionnelles, et fondées sur des données scientifiques qui prouvent leur nécessité.

“La santé publique et la démocratie occupent à la fois une position particulière dans notre hiérarchie de valeurs et dans notre longue tradition politique, culturelle, sociale et juridique européenne”, a-t-il déclaré.

Il a souligné que “les principes de la démocratie, de l`Etat de droit et du respect des droits de l`homme se trouvent au cœur du Conseil de l`Europe et constituent la protection offerte, au cours des 70 dernières années, par la Convention européenne des droits de l`homme. Ces valeurs et principes nous guident constamment pendant ces temps difficiles.”

M.Varvitsiotis a ensuite évoqué les conséquences économiques de la pandémie sur l`économie réelle et le marché du travail. Il a souligné qu`il faut prêter attention aux conséquences sociales et humaines.

Pour cette raison, il est nécessaire d’adopter une série de principes sur la manière de répondre à une pandémie, sous la forme d’une déclaration, la “Déclaration d’Athènes”, lors de la prochaine 130e session ministérielle du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, qui aura lieu à Athènes, le 4 novembre 2020. “Ces principes seront les lignes directrices pour nous tous: les citoyens, les organisations et les gouvernements”. “Une déclaration qui ouvrira une nouvelle page, un nouveau chapitre de la protection des droits de l’homme”, a souligné le président du Comité, M. Miltiadis Varvitsiotis, notant que cela sera la première fois qu’un tel texte sera produit, en mettant le Conseil de L’Europe en première ligne pour la protection des droits de l’homme.

La Secrétaire Générale du Conseil de l`Europe Mme Marija Pejčinović Burić, après avoir salué l’initiative de la Présidence de la Grèce, a souligné l’importance de la Déclaration d`Athènes, en disant “Cela marquera le 70ème anniversaire de la Convention européenne des droits de l`homme, qui a respectivement uni tant de personnes sur notre continent.”

Dans le même esprit, la présidente de la délégation grecque à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et députée du parti de Nouvelle Démocratie, Mme Dora Bakoyannis, a évoqué l’importance de l’expérience que nous avons obtenue pendant la crise de la pandémie de COVID-19. Elle a notamment souligné que cette expérience devrait être exploitée dans l`avenir.  “Cet avenir concerne la Présidence de la Grèce. ”  Une discussion honnête sur nos principes et valeurs est nécessaire, ainsi qu`une discussion sur la manière dont nous répondrons aux besoins d’une société en constante évolution, en temps de crise et d’urgence “, a-t-elle déclaré.

Les hauts fonctionnaires suivants ont aussi participé à la discussion: M. Rik Daems, Président de l’Assemblée parlementaire, M. Robert Spano, Président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, Mme Dunja Mijatović, Commissaire aux droits de l’homme, M. Anders Knape, Président du Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux , Mme Anna Rurka, Présidente de la Conférence des OING, M. Gianni Buquicchio, Président de la Commission de Venise, M. Giuseppe Palmisano, Président du Comité européen des Droits sociaux, M. Mykola Gnatovskyy, Président du Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, Mme Maria Daniella Marouda, Présidente de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, M. George Nikolaidis, Président du Comité Lanzarote et M. Alexandros-Linos Sicilianos,  ancien Président de la Cour européenne des droits de l’homme.

Publications sur les interventions de participants:

Rik Daems, Président de l’Assemblée parlementaire: “COVID-19 : le Président de l’APCE, se joignant aux autres dirigeants du Conseil de l’Europe, demande instamment des garanties démocratiques pendant et après la pandémie”

Robert Spano, Président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme: « Protection of human life and public health in the context of a pandemic – Effectively responding to a sanitary crisis in full respect for human rights and the principles of democracy and the rule of law »

Dunja Mijatović, Commissaire aux droits de l’homme: «States must give a renewed impetus to realising human rights for all»

Anders Knape, Président du Congrès des Pouvoirs locaux et régionaux: Anders Knape : « Unir les forces de tous les niveaux de gouvernement pour surmonter la crise COVID-19 »

Giuseppe Palmisano, Président du Comité européen des Droits sociaux: « La crise de Covid-19 a douloureusement révélé que la préparation est une question de droits sociaux »