Événement central de la présidence grecque du Conseil de l’Europe (Temple de Zeus Olympien, mercredi, 08.07.2020)

La présidence grecque du Conseil de l’Europe a tenu son principal événement politique et culturel mercredi soir au Temple de Zeus Olympien à Athènes. Le point central de la soirée a été le discours de la Présidente de la République Hellénique, Katerina Sakellaropoulou, sur les défis institutionnels et sociaux auxquels sont confrontées les démocraties européennes en temps de pandémie.

L’événement, auquel a assisté le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, a débuté avec les remarques du ministre délégué aux Affaires étrangères, Miltiadis Varvitsiotis, qui, en tant que président du Comité des ministres du Conseil de l’Europe, a fait passer le message que la réponse aux crises successives auxquelles nos sociétés ont été confrontées ces dernières années ne peut être rien d’autre que “plus d’Europe”, au sens d’une union économique et politique, mais aussi, tout aussi important, comme un espace de promotion et de sauvegarde de valeurs et d’idées communes. Il a souligné que le Conseil de l’Europe est le gardien ultime de la démocratie, de l’État de droit et des droits de l’homme, le lieu de rencontre et de dialogue de 47 États membres partageant une culture juridique européenne commune et que ces principes et valeurs doivent nous guider dans des moments difficiles. Il a noté que la pandémie et l’imposition de restrictions sans précédent dans le but de protéger la vie et la santé publique ont conduit en même temps la présidence grecque à faire un pas en avant et à mettre en évidence le véritable contenu des principes et des valeurs de l’Organisation. Le ministre délégué a souligné que tout en ne devant jamais compromettre le droit d’accès aux soins de santé, les restrictions aux libertés fondamentales doivent toujours être régies par la proportionnalité, être temporaires et absolument nécessaires, et être constamment révisées.

Miltiadis Varvitsiotis a souligné que c’est précisément la pertinence des valeurs du Conseil de l’Europe en temps de pandémie et de crise qui a mobilisé la Présidence grecque pour faire adopter une “Déclaration d’Athènes” lors de la 130e session du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe, le 4 novembre 2020 à Athènes. Comme il l’a souligné, un tel texte et l’adoption de la Déclaration constitueront un nouvel acquis dans l’histoire des droits de l’homme, un héritage précieux pour le bien-être des générations futures.

Il n’a pas manqué de mentionner l’effort commun de défendre les droits de l’homme, en appelant le monde politique, académique et juridique, ainsi que la société civile, à se joindre à cette lutte permanente et quotidienne, qui dépasse la portée de la pandémie.

Le ministre délégué a notamment évoqué la peste d’Athènes et ses conséquences catastrophiques sur l’ancienne démocratie athénienne. Au contraire, a-t-il souligné, en Grèce aujourd’hui, nous avons gagné la bataille de la vie. Toutefois, a-t-il ajouté, nous avons également gagné la bataille de la démocratie, car toutes les mesures extraordinaires avaient la légitimité démocratique nécessaire étant donné le fonctionnement ininterrompu du Parlement. En reconnaissant l’attitude responsable, la solidarité et les sacrifices des citoyens grecs, et sans jamais oublier les victimes du virus, nous pouvons dire que nous sommes fiers de la gestion grecque de la crise, a déclaré M. Varvitsiotis. Enfin, il a envoyé le message qu’avec des efforts conjoints basés sur des principes communs, nous Européens surmonterons la crise. “Notre Europe ne doit pas revenir au passé en fermant les frontières et en poursuivant des politiques nationales. Nous devons garder les fenêtres ouvertes sur le monde et la Grèce déclare qu’elle est prête et disposée à contribuer pour que nous puissions réussir. ”

Le programme musical de l’événement s’est ouvert avec le jeune pianiste Stelios Kerasidis, qui a aussi interprété sa propre composition, inspirée de la période difficile des mesures de restriction, “Isolation Waltz”. Il a été suivi par Evgenia Papadima avec Isidoros Sideris, qui ont présenté une sonate pour violoncelle et piano de Brahms, tandis que l’événement s’est terminé avec le Quintette de bois à vent de l’Orchestre d’État d’Athènes, qui a interprété des œuvres de Beethoven, Bizet, Verdi et Konstantinidis.

Clip de l’événement principal de la présidence grecque

Événement principal culturel (version anglaise)